A fisherman’s tale (PSVR, Oculus Quest)

par

Il y a des jeux en réalité virtuelle auxquels on ne se s’attend pas.

Et il faut s’avouer que « a fisherman’s tale » fait partie de cette catégorie. Et pour cause, Vertigo Games, que j’admire beaucoup pour ses jeux en réalité virtuelle, s’est associé à Arte pour réaliser ce jeu. Et oui Arte, notre bonne chaîne de télévision 100% culturelle. Celle que personne ne regarde ou presque, sauf quand il s’agit des reportages animaliers. Alors quand on voit apparaître leur logo dans le casque VR on se demande à quelle sauce on va être mangé.

Un jeu simple, mais efficace avec sa petite touche d’Arte.

A fisherman’s tale, c’est comme regarder Arte justement, c’est relaxant. Ce jeu est basé sur une histoire où vous incarnez le fils d’un pécheur qui doit absolument allumer le phare duquel il a la garde afin de sauver des dangers de la mer un chalutier en difficulté dans cette mer agitée. Vous l’aurez compris, ici il n’y aura pas de violence, ou de coups de sabrelaser. Vous devez interagir avec le décor afin de progresser dans l’histoire. Et c’est dès le début de l’histoire que l’on commence à comprendre tout le potentiel de ce jeu.

Vous connaissez les poupées russes ?

Et bien là c’est pareil. Vous possédez votre propre maquette du phare miniature dans votre véritable phare. Et c’est en fait le reflet du vôtre, ce qui fait que quand vous déplacez des objets à l’intérieur de cette maquette, ce sont en fait vos propres objets que vous déplacez autour de vous. Un phare dans le phare, un principe unique et qui n’avait encore jamais été appliqué au jeu vidéo.

Seule la VR peut donner naissance à un tel gameplay.

En effet, les possesseurs de casque VR comprendront tout de suite où je veux en venir. Ce jeu n’est tout simplement pas imaginable sur un écran, dans un autre mode que la VR. Car avec le décor qui vous entoure, et à la manière des poupées russes, vous interagissez dans la maquette du phare et vice versa. Un effet totalement déroutant, mais qui donne son charme sans pareil à cette magnifique œuvre vidéoludique.

Doublage en français.

Vous le savez mieux que personne, peu de jeux ont un doublage audio en français. Les jeux VR sont souvent portés par de petits studios qui n’ont pas les moyens financiers de payer des doubleurs pour chaque pays du monde. Mais grâce à son association avec Arte le jeu est disponible en français pour chaque personnage du jeu. Et croyez-moi que l’on se laisse vite bercer par la comptine.

Car A fisherman’s tale c’est avant tout une aventure digne d’un conte de fée. On sera bercé du début à la fin par la voix du narrateur. Certes l’histoire sera ponctuée de petites rencontres avec d’autres personnages qu’il faudra alors aider. Et l’on se croirait dans un bouquin de comptes, je vous l’assure. Je ne connais pas très bien l’histoire de Blanche Neige et les sept nains, mais je pourrais vous compter par cœur l’histoire du petit pêcheur. Merci encore Vertigo et Arte

Et graphiquement cela donne quoi ? Je ne fais pas partie de ses gamers qui ne jurent que par le graphisme en VR. En réalité Virtuelle le plus important est l’immersion, que cela soit un décor cartoon ou un décor photoréaliste. Et là le jeu s’en sort très bien. Pas de flou, des décors simples, mais efficaces. Aucun reproche de ce côté-là. Le son spatialisé est très bien retranscrit, comme dans la majorité des jeux VR

 

Mais a-t-il des défauts ?

Le seul défaut qu’on pourrait faire à « A fisherman’s tale » est sa durée de vie. Le jeu est assez court et l’on aura vite fini d’arriver au terme de l’histoire. Je vous conseille donc de désactiver dès le début l’aide aux énigmes, car vous raccourciriez encore plus rapidement la durée de vie.

Le jeu est disponible sur PSVR (version testée) et Oculus Quest.

Conclusion :

Vous l’aurez compris, le partenariat Arte et Vertigo nous donne un jeu sans égal au niveau du gameplay. Cette progression avec le décor à la manière des poupées russes ne peut trouver que son public avec les casques de réalité virtuelle. Donc pour résumer, ce jeu est court sans être intense, mais avec une histoire racontée magnifiquement et inoubliable.

Partager cet article :