Robo Recall : Unplugged (Oculus Quest)

par

Vous aimez la réalité virtuelle, les jeux de tirs et vous aimez les robots ? Cela tombe bien, Robo Recall Unplugged d’Epic Games est fait pour vous !

S’il y avait bien un jeu que je voulais tester sur Oculus Quest, c’était bien Robo Recall. En effet, possédant de nombreux autres casques VR (mais pas Oculus) c’est un des rares jeux que je n’avais pas encore joué et qui me faisait de l’œil. Alors qu’en est-il ?

Une bonne histoire.

J’ai été étonnement surpris par l’histoire du titre en elle-même. Même si celle-ci n’est pas extraordinaire en soi et qu’elle est assez courte, il faut dire que la mise en scène révèle parfois quelques surprises. Dans une ville où les robots sont devenus de sympathiques androïdes, ceux-ci vont subitement se retourner contre leurs créateurs, et vous serez chargé de les rappeler. Un rappel consiste à l’extermination d’un robot. Vous serez donc amené à trouver la source du signal qui les perturbe afin de rendre tous ces humanoïdes pacifiques et ainsi restaurer l’ordre dans cette magnifique ville.

Car les graphismes sont somptueux.

Je n’ai pas joué à la version Oculus Rift, mais j’ai eu l’occasion de comparer les graphismes des deux versions. Cette version Oculus Quest est comme d’habitude rendue possible grâce des exposions moins détaillées ou des effets de transparence et d’ombres amputés par rapport à la version PC. Et comme d’habitude, cela ne se ressent quasiment pas. Certes les puristes vous diront que le jeu est moins beau, mais qu’on ne s’y trompe pas, il reste magnifique sur oculus quest. Les décors comme les immeubles, rues ou voitures sont tout simplement très bien modélisés. Les toits des immeubles sont assez vides au niveau des textures, mais cela ne gêne en rien l’immersion procurée par ce jeu d’Epic Games en Réalité Virtuelle. Les niveaux se passeront tous dans le même décor, c’est-à-dire dans la ville, alternant les carrefours, quartiers et toits d’immeubles tout à long des 9 niveaux.

Des très bonnes touches d’humour

Cela a été une véritable surprise. Le jeu est assez court, mais vous discuterez tout au long de l’histoire avec des intelligences artificielles. Et elles auront réussies à me faire rire comme c’est assez rare dans les jeux jeux-vidéo. Certaines répliques sont vraiment bien placées et c’est une des surprises de ce jeu, intégralement doublé en français. Car c’est un plaisir d’écouter les différents protagonistes, qu’ils soient dans votre camp ou pas, qui vous sortiront des répliques auxquelles vous ne vous attendrez pas.

Un gameplay optimisé pour le Quest.

Toujours par manque de puissance, la version Oculus Quest de Robo Recall se jouera uniquement en mode téléportation. Si cela peut paraître frustrant au début pour ceux qui comme moi ne jurent que par le déplacement libre, on finit par s’y habituer (à nouveau). Surtout que la petite subtilité bien placée résidera dans le fait que vous choisissez dans quel sens vous allez réapparaître. Ce qui donne un aspect au jeu plus tactique, car il sera parfois très pratique apparaître derrière un robot et juste à tendre le bras pour lui tirer une balle dans la tête. Il en va de même quand vous devez lancer un robot dans le Vortex. Vous chercherez à mettre le robot entre vous et le vortex pour qu’à votre apparition vous n’ayez juste qu’à l’attraper en le ramenant vers vous, et d’un geste opposé, vous le lancerez dans le vortex, tout cela d’un simple aller-retour du bras. Et là encore, le fait de ne pas avoir de câble sur l’Oculus Quest est d’un confort indéniable, notamment quand vous vous retournerez, car un robot est en train de vous tirer dans le dos.

Au niveau des armes, rien de sorcier, un pistolet, un revolver, un fusil à pompe et un fusil à énergie. Vous aurez possibilité de débloquer des étoiles par des défis, ce qui vous permettra d’acquérir des modules complémentaires pour vos armes. Par exemple, vous pourrez avoir un laser, un chargeur qui pourra contenir plus de balles, une visée holographique, le double coup … Certaines fonctionnalités étant réservées à un type d’arme, il vous faudra bien choisir votre arme par défaut pour chaque main avant de commencer une partie. À noter que lors de vos phases de combats, vous pouvez en plus d’attraper les robots pour les détruire, ramasser les armes qui sont tombées au sol.

De plus, vous aurez de temps en temps des ralentissements à la Matrix, qui feront que ce sera un vrai bonheur de détruire un robot en plein saut ou en un plein vol d’une seule balle bien placée grâce au ralenti. Mélanger cela à des combats qui passe du sol aux toits en passant par divers décors et vous avez un bon gameplay tonic de jeu de tir en VR. Il doit exister un peu moins d’une dizaine de robo différents (bestiaire), mais cela reste correct au vu de leurs caractéristiques différentes. En effet, par exemple, certains robots vous empêcheront de vous téléporter et il vous faudra alors les détruire rapidement, et d’autres seront armés d’un bouclier quasi indestructible qui vous forcera à jouer de ruse pour les détruire. Noter enfin que quand vous pouvez à plusieurs moments, prendre le contrôle d’un robot assez imposant, et que c’est un vrai régal de pouvoir détruire les autres robots  d’une grande salve de rayons destructeurs. De ce côté-là, Robo Recall porte bien son nom et Epic Games, sans faire un travail exceptionnel, répond largement au standing qu’on aurait pu attendre sur un titre tel que celui-là.

Le boss

Un petit mot sur le boss, qui, il faut dire, possède également un trait d’humour   très appréciable. Ce sera le seul vrai boss et vous devrez l’affronter à plusieurs reprises. Naturellement, ses attaques évolueront en même temps que votre progression dans l’histoire, et il se donc de plus en plus difficile à battre. Mais rassurer vous, rien d’insurmontable pour un expert du rappel tel que vous. Il vous demandera quand même pas mal de minutes pour le battre lors de sa phase finale, au point même de commencer à ressentir une légère fatigue des bras dans la dernière ligne droite.

Durée de vie

Robo Recall n’est pas un jeu excessivement long, mais il vous demandera quand même pas mal d’heures de jeu pour en venir à bout. Le jeu dispose de 9 niveaux qui correspondent chacun à un morceau de l’histoire. Six heures minimums seront nécessaires pour les plus aguerris et ceux qui veule finir l’histoire en ligne droite. Personnellement, j’ai recommencé quelques missions à plusieurs reprises afin d’augmenter mon nombre d’étoiles et ainsi de débloquer des accessoires pour les armes afin de continuer l’aventure. Et plus vous débloquez des accessoires, plus certains défis basés sur le score paraissent un peu plus abordables du fait de votre puissance de feu accrue. Ce qui vous donnera l’envie de recommencer encore quelques défis en espérant décrocher une étoile de plus, et ainsi de suite…

De plus si vous voulez finir le jeu à 100%  en débloquant toutes les étoiles et ainsi posséder tous les accessoires, vous pourrez facilement doubler le temps, car les meilleurs scores paraissent souvent difficiles à atteindre. Heureusement, certains défis ne sont pas basés sur le score, mais par exemple sur un nombre de robots à rappeler avec une arme prise au sol sur un robot détruit. Ou encore un nombre de robots tués à l’aide de balles que vous aurez réussi à  rattraper avec vos doigts et que vous auriez ensuite relancés. Et réussir tous ces défis indépendamment de l’histoire va prendre un certain temps.

 

Conclusion :

Je ne suis vraiment pas déçu de ce Robo Recall et sa portabilité de la version PC à l’oculus quest est très réussie. Comme d’habitude, Epic Games réalise un jeu graphiquement très beau grâce à son moteur Unreal Engine 4. Mise à part quelques concessions graphiques et le déplacement libre, le jeu reste identique à sa version PC et reste donc une valeur sûre du jeu de tir sur Oculus Quest. Même si les décors varient peu, on se plait à rappeler les ordres de robots humanoïdes (ou pas) pour répondre aux exigences de notre intelligence artificielle préférée.

Partager cet article :