Syrim VR (PSVR, PCVR)

par

Skyrim avec tous les DLC, un RPG triple AAA en VR !

Étant fan de RPG et tout fraichement sortie de The Witcher 3, je rêvais d’un RPG VR digne de ce nom sur le PSVR. Alors quand Skyrim est sorti, ce fut l’eldorado du RPG que Sony et Bethesda nous proposaient de vivre en réalité virtuelle. Alors quand en novembre 2017 sort Skyrim, qui était sorti à la base dans sa première version (non VR) en novembre 2011, soit 6 ans auparavant, on ne peut qu’espérer que le jeu ne soit pas trop puissant pour la PS4 pro. Car il ne faut pas oublier que Skyrim s’est avant tout une aventure immense dans un monde ouvert géant. Et qui reste toujours l’un des plus grands open-world jamais créés. Mais avant de commencer à vous donner mes impressions sur le jeu, refaisons un peu d’histoire.

C’est quoi Skyrim ?

Skyrim est le cinquième volet RPG de la saga The Elder Scrolls. Un RPG estampillé Bethesda considéré comme un chef-d’œuvre tant son histoire est soignée que ces possibilités RPG sont soignées. Je ne vais pas refaire un test du jeu, je vous laisse le soin d’aller fouiller sur la toile les centaines de tests disponibles. Résumons donc, le fait que c’est un RPG dans un monde heroic fantasy, dont les doublages français et le scénario en font un jeu totalement inoubliable. Vous savez donc que c’est un chef-d’œuvre.

Mais le portable PSVR est-il bon ?

Car c’est bien là la grande question. Un monde aussi vaste, qui n’était pas prévu à la base pour la VR va-t-il être correctement porté sur le casque de Sony ?
Il va falloir distinguer la version PS4 et PS4 Pro car oui, grâce à un Patch, Bethesda à optimiser le jeu pour PS4 Pro. Il s’en ressent que le flou que l’on pouvait avoir dans les extérieurs notamment sur les fonds au loin, sont désormais presque imperceptible. Il subsiste un léger flou, mais rien de bien méchant. La différence avec la PS4 traditionnelle se voit donc vraiment dans le jeu pour cette fois. Mais du fait de son âge (2011), les graphismes restent à l’identique de ceux qu’ils étaient à l’époque. Et cela n’est déjà pas si mal pour l’immersion VR. Car oui, en VR, les graphismes ne peuvent pas être ceux d’un jeu qui tourne sur une TV comme The Witcher 3. Mais l’immersion est saisissante.

 

Mais cela donne quelle impression d’être l’enfant du dragon en réalité virtuelle ?

Là, on va attaquer du lourd, car il faut l’avouer c’est extraordinaire. Je n’avais jamais connu le jeu avant sa sortie VR et j’ai donc était propulsé en Bordeciel comme jamais. Vous vivrez l’aventure de l’intérieur, traverserez des Montagnes, vous parcourrez les villes et parlerez au villageois. C’est un véritable bonheur. J’ai tendance à dire que c’est ma deuxième planète tellement vous aurez l’impression de vivre une autre vie et incarner l’enfant du dragon est absolument saisissant. Vous vous battrez contre des dragons, mais rassurez-vous, on y prend vite goût. Et les quêtes sont d’un scénario incroyable (on le savait déjà), mais les vivre en réalité virtuelle est la meilleure chose qui pouvait arriver au PSVR (avec Astrobot et Firewall). Si vous aimez les RPG et que vous n’avez jamais joué à Skyrim vous pouvez y aller les yeux fermés. Vous vivrez un dépaysement complet, à travers Bordeciel, et vous vivrez des aventures incroyables, mais surtout prenantes.

Et le gameplay ?

Bon, il faut bien dire que le seul vrai travail de Bethesda pour transformer ce Skyrim en SkyrimVR était essentiellement basé sur le gameplay. Sur ce point là Bethesda ne s’est pas trop foulé. On peut jouer à la manette Dualshcock sur PS4 ou aux contrôleurs (PsMove pour PS4). Contrairement à la version PC, sur PS4 les déplacements ne sont pas optimums, car le PS Move ne dispose pas de stick analogique. Mais ce n’est pas une grande nouvelle. Par contre, le système de déplacement est vraiment bien pensé, et je continue à penser que c’est le mieux que l’on puisse faire pour « émuler » les joysticks. Vous cliquez et vous orientez le PS Move dans la direction que vous voulez (comme si vous orientez le joystick de la manette). Il en résulte que les déplacements restent très confortables (j’ai choisi le déplacement libre comme toujours pour une meilleure immersion). Donc vraiment rien à redire concernant ce point qui est ma foi, plutôt bien réussi vu le hardware proposé par la Playstation. Sur PC la question ne se pose pas, vous avez le stick sur le contrôleur.

Je dirais que le défaut est plutôt dans les combats. En effet, même si cela reste réaliste (vous orientez l’épée ou le bouclier dans le bon sens) il n’y a rien de transcendant. On va dire que le job a été fait et point-bar. Cela aurait pu être un peu mieux et les défauts propres à Bethesda sont bien présents de temps en temps. Comme quand vous avez une flèche plantée dans le bouclier, sauf que la pointe est figée à un centimètre de celui-ci et flotte donc de ce fait, dans les airs (mais elle bouge avec votre bouclier). Donc disons que le gameplay du jeu aurait quand même être pu la source de la concentration de Bethesda, mais ils en sont restés à leurs vieux démons. Même si le jeu reste totalement jouable et on se plaira à jouer les robins de bois avec l’arc et les flèches. Donc n’ayez pas peur, ce n’est pas parfait, mais ce n’est pas bâclé non plus. Et le plaisir est bien là. Vous vous plairez à vous battre avec les PNJ ou effectuer des quêtes pour eux. Même si vu leur nombre dans ce magnifique monde ouvert, ils ne sont pas forcément les mieux modélisés. Mais vous vous attacherez plus d’une fois à certains d’entre eux.

Des défauts ?

Oui, mis à part des bugs de temps à autre (mais rien de gênant pour vivre l’aventure), les graphismes qui datent avec des personnages pas forcément les mieux modélisés, le gros problème est le son spatial. Oui, ce son spatial qui apporte tant à la réalité virtuelle, n’est pas présent dans Skyrim. Et pour cause, il aurait fallu que Bethesda place en trois dimensions les sons, ce qui à l’échelle de Skyrim aurait vraiment été un travail titanesque. Alors vous aurez bien un petit effet de distance, mais pas en 3 dimensions. Ce n’est pas forcément des plus dramatique, mais on perd un degré d’immersion. Je ne vois pas d’autre gros défaut à ce jeu.

Durée de vie 200H ?

Oui, c’est surement le jeu le plus rentable du PSVR avec No Man’s Sky. Le jeu est livré avec ses 4 extensions ce qui vous assurera environ les 200 heures de jeu si vous n’y avez jamais joué. Autant dire que c’est un vrai bonheur de passer des heures et des heures en Tamriel. L’univers de ce jeu est tellement magique que vous vous plairez en permanence à vous balader en ville ou à la campagne. Sur cet aspect-là, Bethesda nous livre un jeu complet et il n’y a rien à redire. Pas de micro-transactions, un RPG magnifique 100 % solo.

Un petit mot sur l’audio ?

Je vous l’ai dit plus haut, il manque le son spatial. Mais cela ne gâche pas trop le plaisir, car tous les doublages audios sont en français et c’est donc un vrai bonheur de vivre l’aventure pour les non-anglophones. En effet il faut s’imaginer le nombre colossal de dialogues qui sont présents dans le jeu. De plus les musiques sont magnifiques, notamment les musiques d’ambiance. Ce sont d’ailleurs mes musiques préférées quand je dois avaler des centaines de kilomètres pour partir en vacances !

Un autre petit mot sur la version PC ?

Alors la version PC est de base équivalente graphiquement à la PS4 Pro. Par contre avec les mods habituels, le jeu devient vraiment magnifique. J’ai vraiment été bluffé quand on utilise les meilleurs mods, de la beauté des paysages. C’était déjà plus ou moins beaux avants, mais là c’est réellement sublime. Alors je ne peux que vous le conseiller avec les mods qui vont avec sur cette plateforme. Mais j’ai vraiment choisi de vivre l’aventure sur le PSVR, que je trouve bien plus confortable, surtout quand on le porte plusieurs heures par sessions. Avec des fois plusieurs sessions en une journée.

Conclusion :

Et oui, vous l’aurez compris, l’aventure que j’ai pu vivre (et que je vis encore) dans Skyrim, est tout simplement extraordinaire. Si vous aimez les RPG et que vous n’y avez jamais joué, alors laissez-vous bercer par les terres de Bordeciel et je vous risquez bien d’être conquis pour plusieurs centaines d’heures. Même si le gameplay n’est pas parfait et que le jeu n’est pas exempt de quelques défauts, il en reste un triple A de la réalité virtuelle. Et l’immersion qu’il vous procure est sans égal sur un jeu VR.

Skyrim VR on n’y joue pas, on le vit…

Partager cet article :